• DES INTERIM MANAGERS PLUS JEUNES ET AVIDES D’EXPERTISE

DES INTERIM MANAGERS PLUS JEUNES ET AVIDES D’EXPERTISE

23 mars 2016

Selon un sondage réalisé récemment par BDO, l’évolution de la conjoncture n’a pas forcément entraîné un recul du nombre de missions mais peut-être un certain rajeunissement des interim managers. L’image de l’expert grisonnant en fin de carrière ne colle donc plus à la réalité. La nouvelle génération cherche la variation et attend de son provider qu’il lui fournisse formations et coaching.

Avant, dans le monde des affaires, l’interim management s’apparentait à l’accompagnement de restructurations ou à la gestion de crises. De nos jours, il est plutôt devenu une décision stratégique : celle de recourir à une expertise extérieure. Aujourd’hui, l’interim management s’est taillé une place indiscutable dans la vie économique et sa progression se poursuit. Il était donc temps pour BDO de sonder les interim managers : comment évaluent-ils leur environnement professionnel ? Quelles sont leurs attentes ? 

L’interim manager en 2016 est plus jeune qu’attendu.

La moitié des personnes interrogées (dont plus de 50 % étaient âgées de 45 à 55 ans) ont débuté comme interim manager avant 45 ans. À peine 2 % d’entre elles ont commencé après 60 ans. L’image de l’expert grisonnant désireux d’encore s’adjoindre quelques missions avant sa retraite est donc révolue. En revanche, il s’agit toujours de hauts diplômés : il apparaît que 77 % des participants ont un diplôme de master et que 33 % disposent d’un master complémentaire. Plus de la moitié des interim managers occupent cette fonction depuis moins de cinq ans et possèdent moins de cinq missions à leur actif. Ce qui laisse supposer que la crise économique, avec sa pénurie de postes fixes, est passée par là. 

Libres de leurs choix ?

À la question de savoir s’ils accepteraient à nouveau un poste fixe, un peu moins de la moitié des participants (44 %) répondent catégoriquement par la négative. Il ressort par ailleurs que 37 % d’entre eux accepteraient de retrouver un emploi fixe à condition de pouvoir conserver leur statut d’indépendant. Enfin, le maintien de ce statut ne joue aucun rôle pour 19 % d’entre eux.

Avantages

Contre toute attente, ce n’est pas la rémunération qui semble surtout inciter les travailleurs à se lancer dans l’interim management. L’argent arrive en effet en dernière position. C’est la variété qui est en tête du « top trois » avec 81 %, suivie par l’autonomie (70 %) et le défi (70 %) inhérent à chaque nouvelle mission.

Inconvénients

Quels sont les inconvénients rencontrés par les interim managers dans le cadre de leur statut ? L’insécurité des revenus est perçue pour plus de la moitié (57 %) des personnes interrogées comme le plus gros inconvénient, suivie par l’évolution de carrière incertaine (31 %). Quant au manque de formation continue, il joue un certain rôle pour 17 % des interim managers interrogés dans le cadre de l’analyse SWOT. 

Pourquoi travailler avec un prestataire de services d’interim management ?

Interrogés sur la plus-value d’un prestataire de services d’interim management, beaucoup de participants évoquent étonnamment – outre la sélection des missions et la garantie de paiement – le rôle d’intermédiaire employeur/interim manager joué par le prestataire. « Chez BDO, chaque mission est réalisée avec le soutien d’un consultant professionnel, qui assure une communication de qualité entre l’employeur et l’interim manager », confirme Annelies Steenbeke, Partner BDO Interim Management. « Le consultant veille par ailleurs au bon déroulement et à la qualité de la mission. Trouver la correspondance adéquate entre le profil et le besoin spécifique constitue la mission première du prestataire, qui fait ainsi office de véritable partenaire d’affaires. » 

Il ressort du sondage que le rôle du prestataire peut encore être étendu. La formation (35 %) et le coaching (28 %) sont les attentes les plus fortes des interim managers. « C’est clairement une tâche qui revient au prestataire », poursuit Annelies Steenbeke. « Chez BDO, nous remarquons par exemple que l’accès à notre expertise interne et à nos séminaires est quelque chose de très apprécié chez les interim managers qui travaillent pour nous. Quand nous regardons autour de nous, nous voyons que le prestataire de services d’interim management est encore trop considéré comme une boîte aux lettres. Nous, nous optons pour une autre voie, celle où notre expertise associée aux compétences des interim managers crée la bonne synergie pour toutes les parties concernées. » 

À propos du sondage 

En décembre 2015, BDO a réalisé auprès de plus de 200 interim managers wallons et flamands un sondage (composé de 27 questions à choix multiples) les interrogeant sur leur entrée en fonction, les missions qu’ils ont remplies, leurs desiderata relatifs à leur poste et leurs attentes en matière de collaboration avec un prestataire de services.