• LES TRENDS GAZELLES AMBASSADRICES 2016 POUR LA PROVINCE DE LUXEMBOURG

LES TRENDS GAZELLES AMBASSADRICES 2016 POUR LA PROVINCE DE LUXEMBOURG

24 février 2016

La proclamation des entreprises les plus performantes dans la province de Luxembourg s’est déroulée ce mercredi soir au Libramont Exhibition & Congress à Libramont en présence de nombreuses Trends Gazelles et d’entrepreneurs. Chaque année, Trends-Tendances sélectionne les nouvelles entreprises provinciales affichant la croissance la plus rapide. Les lauréats ou « Trends Gazelles Ambassadrices 2016 » sont les championnes de la croissance parmi 250 entreprises de la province de Luxembourg. Elles sont réparties en 3 catégories : Theis, petite entreprise, Greencap, moyenne entreprise, et Solarec, grande entreprise. 

Trends Gazelles Ambassadrices – petite entreprise : Theis

Spécialisée dans l’entretien de voirie, la société familiale Theis a choisi ces dernières années d’investir dans du nouveau matériel et en récolte aujourd’hui les fruits. Basée à Gouvy, Theis compte quatre départements : le balayage, l’entretien d’espaces verts, la signalisation de chantiers et le rabotage d’asphalte. Ces départements couvrent un large spectre d’activités et il arrive régulièrement que Theis remplisse des missions plus spécifiques comme le dégommage de pistes d’aéroport, par exemple. Elle est active aussi bien dans le public que le privé et son rayon d’action dépasse de loin les frontières luxembourgeoises. Entre 2010 et 2014, sa marge brute d’exploitation a quintuplé passant de quelque 600.000 à plus de 3 millions d’euros. L’emploi a naturellement épousé la même courbe passant de 7 à 25 collaborateurs. L’année dernière, Theis a réalisé un CA de 5 millions d’euros. Depuis 2010, Theis a enregistré une forte croissance et les deux frères n’entendent pas en rester là. Mais avant, notamment, de se développer à l’international où il existe encore un gros potentiel de croissance à exploiter, ils entendent d’abord consolider leurs acquis. Tout en continuant plus que jamais à investir dans de nouvelles machines et préparer ainsi les chantiers de l’avenir. Cette ambition et ce goût du risque calculé devraient assurer à notre ambassadeur encore de belles perspectives de progression. 

Trends Gazelles Ambassadrices – moyenne entreprise : Greencap

Basée à Libin, Greencap commercialise aujourd’hui un million de sapins de Noël en Belgique et dans les pays limitrophes, où elle exporte plus de 90% de sa production. Les années passent et l’arbre de Noël ne se démode pas. Que du contraire, d’autant que le traditionnel épicéa a progressivement cédé la place au Nordmann, qui présente l’avantage de ne pas perdre ses aiguilles. Lancée il y a un quart de siècle par Louis Greindl, Greencap est aujourd’hui devenue un acteur majeur de ce secteur en Belgique. Implantée à Libin, elle a progressé d’année en année de manière constante, tout en affichant ces dernières années une croissance plus rapide. À ses débuts en 1992, elle compte 30 ha de sapins en culture. En 2016, elle en compte un millier en Belgique mais également en Bretagne, où elle a acheté une unité de production en 2005. Et son empreinte grandit. « Nous venons d’acquérir 600 hectares en gestion avec la reprise des actifs de la société Isano de Bièvre, annonce Louis Greindl. Grâce à cette acquisition, nos ventes vont augmenter de l’ordre de 25% cette année et passer de 12 à 15 millions d’euros. »

Trends Gazelles Ambassadrices – grande entreprise : Solarec

Basée à Libramont, le numéro 2 belge de la transformation du lait a connu deux excellents crus en 2013 et 2014, qui le couronnent à nouveau dans notre classement. La Laitière de Recogne, plus connue sous le nom de Solarec, est une société anonyme qui appartient à la Laiterie des Ardennes. Cette coopérative regroupe quelque 2.000 producteurs-coopérateurs répartis dans l’ensemble du pays. Numéro 2 de la transformation du lait en Belgique derrière le flandrien Milcobel, Solarec a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires entre 2010 et 2014. Celui-ci a grimpé de 241 à 412 millions d’euros. « Cette progression est due à deux facteurs, explique Jean-Marie Thomas, secrétaire général de Solarec. D’abord, nous avons augmenté les volumes de lait que nous transformons et ensuite, le prix du lait a été plus élevé en 2013 et 2014. Aujourd’hui, avec la baisse de ce dernier, notre chiffre d’affaires a reculé en 2015 à hauteur de 365 millions d’euros alors qu’en volume, nous avons pour la première fois franchi la barre du milliard de litres de lait. »

Solarec est également fort présente hors Europe, notamment avec ses poudres de lait, dont plus de 70% sont exportés partout dans le monde. On les retrouve en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est ou encore en Amérique latine. Les poudres de lait sont fournies à des industries telles que les producteurs laitiers, chocolateries, fromageries, biscuiteries, etc. Les marchés à la grande exportation peuvent rapidement varier. Ainsi, avec la baisse du prix du pétrole, certains pays comme le Venezuela, ont singulièrement réduit leurs commandes. Afin de se prémunir contre ces risques, Solarec a toujours veillé à diversifier ses marchés et ainsi écouler la production de l’ensemble de ses coopérateurs.