En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Veuillez lire notre PRIVACY POLICY pour en savoir plus et gérer ces paramètres.
  • La double présidence renforce la cohésion entre « corporate » et « family governance »
Articles :

La double présidence renforce la cohésion entre « corporate » et « family governance »

19 novembre 2019

C’est un scénario connu de nombreuses entreprises familiales : lorsque le pater familias passe le flambeau à la génération suivante, il troque le siège de CEO contre celui de président du conseil d’administration. Il quitte la direction opérationnelle, mais reste ainsi impliqué dans la direction stratégique de l’entreprise. Dans ce rôle, il prend aussi souvent les rênes d’autres organes, comme un conseil de famille ou un forum familial. De cette façon, il dirige la communication entre des groupes importants : les
membres non actifs de la famille, la prochaine génération et la belle-famille. 

Une entreprise familiale qui entend déterminer le rôle de la belle-famille de manière professionnelle doit avoir à l’esprit tant la bonne gouvernance de l’entreprise que la façon dont s’organisent les relations intrafamiliales. Elle doit penser gouvernance d’entreprise et gouvernance familiale. Afin d’élever cette combinaison de gouvernance d’entreprise et de gouvernance familiale à un niveau supérieur, il peut être
souhaitable de nommer un administrateur externe à la présidence du conseil d’administration. Le président externe forme alors un tandem avec le CEO de l’entreprise, qu’il soit issu de la famille ou non, mais aussi avec le président du conseil de famille ou du forum familial. Ce rôle est idéalement réservé à un membre de la famille qui n’est de préférence pas actif dans la gestion opérationnelle.


Administrateur externe

De cette façon, vous créez un modèle solide. Le conseil d’administration se concentre sur la gouvernance d’entreprise, la stratégie et l’orientation du management. Le conseil de famille défend les intérêts, les valeurs et la vision de la famille. Si l’entreprise parvient à bien faire collaborer ces deux présidents, elle aura toutes les cartes en main pour garantir sa dynamique. Le choix d’un président du conseil de famille
qui se consacre exclusivement à cet organe est également garant de crédibilité. Veiller sur les intérêts de la famille sans porter une double casquette apporte une plus grande clarté entre les différents responsables au sein de ce modèle.


Clarité pour tout le monde

Ce modèle est aussi synonyme de clarté pour la belle-famille. Dans l’idéal, la famille devrait avoir défini à temps le rôle de cette dernière dans une charte familiale. Quelles sont les opportunités, les droits et les obligations ? Comment déterminer des critères d’évaluation objectifs ? Quelles sont les conditions pour devenir actif dans l’entreprise familiale ? Quels sont les accords opérationnels ? Il appartient au conseil d’administration de mettre ces éléments en balance avec la gouvernance d’entreprise. Afin de pouvoir les évaluer convenablement du point de vue de la gouvernance familiale, il est idéal de pouvoir rester à l’écoute grâce à l’interaction entre les deux présidents. Ensemble, ils peuvent créer de la valeur ajoutée en traduisant l’objectivité de la gouvernance d’entreprise au conseil de famille. La force de ce tandem détermine votre réactivité, en tant que famille, ainsi que votre capacité à apprécier correctement les
besoins de la belle-famille.