• L’intégration verticale distingue Beyers Koffie de la concurrence
Testimonial:

L’intégration verticale distingue Beyers Koffie de la concurrence

19 juillet 2022

Beyers Koffie, l’entreprise de torréfaction de Puurs-Sint-Amands dont les racines remontent à 1880, est l’un des plus grands torréfacteurs de café sous marque distributeur d’Europe centrale. Avec des succursales en Italie, en Allemagne et aux Pays-Bas. « Nous avons été les premiers à produire les célèbres dosettes de café sous marque distributeur », explique fièrement Eric Cornelis, directeur financier. L’expertise, la qualité et la durabilité sont des qualités partagées à travers toute l’entreprise. 

« Taking Coffee Further » est le slogan de Beyers Koffie. Qu’est-ce que cela signifie pour vous personnellement ?

Eric Cornelis : « Ce slogan m’évoque une double signification. D’une part, c’est une promesse faite à nos clients et, plus généralement, aux générations futures. Nous voulons prendre soin de notre planète et faire en sorte que tout le monde puisse continuer à boire notre café. D’autre part, il y a l’aspect logistique. Chez Beyers Koffie, nous pratiquons l’intégration verticale intégrale : nous gérons l’ensemble de la chaîne, des plantations au traitement final, ce qui est tout à fait unique dans le monde du café, littéralement “plus loin” que les autres acteurs du marché. »

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

« Actuellement, nous traitons environ 20 000 tonnes de café durable par an, mais nous ambitionnons de tripler la production pour atteindre 60 000 tonnes par an. Cette ambition est bien sûr impossible par la seule croissance organique, et les acquisitions figurent donc en bonne place dans notre programme. »

L’une de vos valeurs est l’entrepreneuriat. Comment cela se traduit-il au sein de votre organisation ?

« L’entrepreneuriat fait partie de notre ADN depuis la création de Beyers Koffie en 1880. Nous suivons de près les évolutions et aimons rester en mouvement. Par exemple, nous avons été les premiers à installer des lignes de vide et de tampon, et nous avons acquis une grande expertise des capsules Nespresso. Nous voulons non seulement produire et livrer du café à nos clients, mais aussi, tout comme vous, réfléchir avec eux. Quels sont leurs besoins ou comment pouvons-nous mieux les servir ? Notre auditeur, Ignace Robberechts est un véritable sparring-partner, avec lequel nous analysons les défis, testons les idées et les ambitions. À notre échelle, en toute confiance et de manière humaine. Nous parlons la même langue. Et Ignace prend le temps de vraiment écouter. » 

Quels sont les plus grands défis pour Beyers Koffie ?

« Comme pour beaucoup d’organisations et d’entreprises, une grande attention est accordée à l’efficacité énergétique, surtout depuis l’explosion des prix de l’énergie. Le développement durable est notre priorité. Nous cherchons donc constamment des moyens de torréfier plus de café avec moins d’énergie. Bien sûr, nous pratiquons cette démarche depuis longtemps : nous achetons de l’électricité exclusivement issue de sources renouvelables depuis 2009 et notre torréfaction est neutre en CO2 depuis 2014. Les gens associent souvent “durabilité” à “plus cher”, mais ils oublient encore plus souvent la valeur économique et éthique de la durabilité. Le café est un produit qui évolue avec l’économie mondiale et son prix a donc fortement augmenté. L’impact négatif de la crise du coronavirus y a certainement joué un rôle, tout comme les mauvaises conditions climatiques dans les pays cultivateurs. »